une installation réalisée dans le cadre du festival Sans les Murs!


































Le service culturel de la Ville de Monthey, en collaboration avec plusieurs associations locales, souhaite faire sortir, le temps d’un week-end, la culture des lieux de culture. Il nous paraît important d’aller à la rencontre des gens qui ne fréquentent pas forcément les institutions dévolues à la création, perçues quelquefois comme des lieux élitistes. A travers cet événement, nous souhaitons également contribuer à la redécouverte de certains quartiers ou espaces laissés en friche.

Nous avons intitulé cette manifestation Sans les Murs !, en référence aux murs que le public doit franchir pour assister à un spectacle, visiter une exposition ou écouter un concert. Sans les Murs ! se conçoit comme un week-end culturel de qualité et festif dans des espaces urbains qui ne sont pas, à priori, destinés à accueillir des performances artistiques. C’est aussi mettre au défi des artistes qui n’ont pas forcément l’habitude de se produire dans des conditions différentes -plus scabreuses parfois- que les boîtes noires de nos Théâtres ou les murs blancs de nos galeries. Parce que la culture n’est pas un domaine réservé à quelques-uns, parce que nous voulons aussi mettre en valeur, dans la mesure du possible, la richesse du tissu culturel local, en la rapprochant de la création contemporaine régionale et internationale, la manifestation prévoit également l’accueil de performances de sociétés montheysannes de chant, de musique et de théâtre. Notre souhait est que l’ensemble des habitants se sente concerné; artistes et spectateurs, acteurs culturels et usagers des lieux culturels, professionnels et amateurs, jeunes et moins jeunes….

Le périmètre d’action de Sans les Murs ! a été défini avec deux architectes de grand talent, établis à Monthey, Geneviève Bonnard et Denis Woeffray. La réflexion s’est portée sur différents espaces que nous pourrions investir au fil des éditions successives. Pour cette première, nous avons choisi la colline qui surplombe l’Hôtel-de-Ville et les rues adjacentes. Espace mixte de nature et d’urbanité, la colline se caractérise comme un lieu romantique au centre-ville largement inutilisé par les habitants. Les rues et places environnantes, agréables et peu encombrées par la circulation routière, offrent des espaces de jeu naturels tout en permettant un contrepoint intéressant avec la colline, boisée et plus sauvage. Cette première expérience dans ce quartier est un point de départ pour repenser l’équilibre dans la rencontre entre l’artiste, l’oeuvre et le citoyen, pour cheminer vers l’ouverture et la tolérance.

Catherine Breu Fracheboud, médiatrice culturelle
Lorenzo Malaguerra,
chef du service culture et intégration

Théâtre du Crochetan 
  
//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Programme:
Endo_ecto

Par Kristelle Paré
Collaborateurs : Christophe Coupeaux, Laure Gilquin, Cécile Robin, Nathalie Boulin, François Sallé
La scénographe et plasticienne franco-québécoise Kristelle Paré travaille sur l’irruption de la nature dans l’espace urbain. Des racines dans le sous-sol du parking de l’Hôtel-de-Ville, des champs de maïs sur la Place Château-Vieux et la Colline seront autant de façons de marquer le territoire d’une empreinte organique. Ces installations, conçues comme des trouées poétiques dans la ville, ont également pour but de questionner notre rapport à l’environnement et à l’agriculture.
Installations
> Samedi 10 et dimanche 11 septembre
Parking de l’Hôtel de Ville / Place Château-Vieux / Sur la Colline
 

Articles les plus consultés