Figaro Divorce _ au Théâtre du Nord . Lille

















 De Ödön von Horváth
Mise en scène Christophe Rauck

Avec John Arnold, Caroline Chaniolleau, Marc Chouppart, Jean-Claude Durand, Cécile Garcia Fogel, Flore Lefebvre des Noëttes, Guillaume Lévêque, Jean-François Lombard, Pierre-Henri Puente, Marc Susini, Nathalie Morazin

Dramaturgie : Leslie Six
Scénographie : Aurélie Thomas
Costumes : Coralie Sanvoisin
Son : David Geffard
Lumière : Olivier Oudiou
Vidéo : Kristelle Paré
Conseiller musical : Jérôme Correas


Théâtre du Nord du 3 au 20 mars 2016

> La Voix du Nord, le 4 mars 2016 « Christophe Rauck signe une mise en scène intelligente et visuellement séduisante de la pièce du dramaturge allemand Ödön von Horvath. »
Jean-Marie Duhamel


Spectacles vivants : "Figaro divorce" et "Notre crâne comme accessoire"
Marie-José Sirach - Joëlle Gayot

Le bruit court que nous ne sommes plus en direct_ Collectif l'Avantage du doute
















 Après l’engagement politique à la lumière de mai 68 (Tout ce qui nous reste de la révolution, c’est Simon), après la question du travail et de ses nouvelles formes de management (La Légende de Bornéo), le collectif l’Avantage du Doute s’interroge sur l’image. Ou plutôt sur les paradoxes de notre rapport à l’image.

Un spectacle de Simon Bakhouche, Mélanie Bestel, Judith Davis, Claire Dumas et Nadir Legrand.

Collaboration technique : Wilfried Gourdin (lumière), Thomas Rathier et Kristelle Paré (vidéo), 

Elisabeth Cerqueira et Elsa Dray-Farges (costumes et accessoires).
Administration / Production : Marie Ben Bachir
Diffusion : Claire Nollez
 

au Lieu unique du 8 au 11 décembre décembre 2015
au Théâtre de la Bastille du 7 au 29 janvier 2015

Production : L’Avantage du doute
Coproduction : Le Bateau Feu – Scène nationale de Dunkerque, Le Théâtre de Nîmes – Scène conventionnée pour la danse, La Coupe d’Or – Rochefort, Le Lieu Unique – Scène nationale de Nantes, Brétigny – Scène conventionnée, Théâtre de la Bastille
Avec l’aide à la production dramatique de la DRAC Ile-de-France et le soutien de la SPEDIDAM.
Avec le soutien CIRCA – La Chartreuse – Villeneuve-lez-Avignon, La Ferme du Buisson – Scène nationale de Marne-la-Vallée, Théâtre de la Bastille, Le Moulin du Roc – Scène nationale de Niort pour leur accueil en résidence

Figaro divorce _ mise en scène Christophe Rauck











 
De Ödön von Horváth
Traduction : Henri Christophe et Louis Le Goeffic ©L’Arche Editeur.
mise en scène Christophe Rauck
dramaturgie Leslie Six
scénographie Aurélie Thomas
costumes Coralie Sanvoisin
son David Geffard
lumière Olivier Oudiou
vidéo Kristelle Paré
avec Jean-Claude Durand, Caroline Chaniolleau, John Arnold, Cécile Garcia Fogel, Jean-François Lombard, Marc Chouppart, Marc Susini, Flore Lefebvre des Noëttes, Pierre-Henri Puente, Guillaume Lévêque, Nathalie Morazin
conseiller musical Jérôme Correas

création 2016 au Théâtre du Nord_  cdn de Lille
.... 

inspiré de l'oeuvre et de la vie de Pierrette Micheloud _ La grande gynandre









































Embarquement à bord du bus de la Cie de l'Ovale. Embarquement dans la poésie de Pierrette Micheloud, dans cet environnement doux, dans un spectacle musical, dans une cartographie..

Donner à entendre, à écouter cette poésie humaniste, aux parfums philosophiques, métaphysiques. Permettre d'entrer dans un écrin doux, intime et partagé. Penser la douceur, le lien, le voyage, les périples de cette femme. Les périples dans de nombreux villages, montagnes et vallées, le Rhône, ses affluents... Penser à la cosmologie que tisse Pierrette et à son humour, à sa simplicité.

Textes : Pierrette Micheloud | Musiques et interprétation : Edmée Fleury, Denis Alber, Pascal
Rinaldi | Mise en scène : Lorenzo Malaguerra | Scénographie et costumes : Kristelle Paré | Construction du décor : Cédric Matthey | Régie générale, costumière assistante : Justine Chappex | Conception sonore : Bernard Amaudruz.

compagnie Opéra 3 _ Sorcières... Opéra manipulatoire

























(photographie ADELAP)
Distribution
Ténor, Claviers : Rémy Poulakis
Soprano : Kate Combault
Manipulatrice d'objets : Isabelle Monier-Esquis
Claviers: Mélie Fraisse


Mise en scène et dramaturgie _ tout public**:
Jeanne Debost

Mise en scène et dramaturgie _ jeune public* :
Edouard Signolet

Musique : Adaptations de Verdi, Puccini, Bellini, Mozart, Offenbach, Haendel, Purcell
compositions originales de Mélie Fraisse


Costumes : Élise Guillou
Lumières : Dan Félice
Marionnette : Judith Dubois
Scénographie : Kristelle Paré
Son : Thibaud Lalanne


Avec le soutien de la DRAC Ile de France / d'Arcadi île-de France / de l'ADAMI  / de la SPEDIDAM / de Créat’Yve,


What about Orfeo _ spectacle danse Cie Cocoondance


Le mythe d'Orphée et son allégorie du mouvement, sa réflexion sur la perte, le regard, la fugacité, la torsion, la disparition, la descente, la montée, le passage, les ténèbres et les dédales servira de point de départ.

The focus is on the interrelation between the extraordinary expression of the dance and its perception. In particular, ‘What about Orfeo?’, deals with the questions of how we see and  how to organise the view relationship between the audience and the dancers in a way that makes new experiences possible.
While the spectators take the place of Orpheus, and first resist the ban to look, they experience other ways of hearing and seeing in exchange. 

// By and with: Dennis Alamanos, Fa-Hsuan Chen, Álvaro Esteban, Werner Nigg, Tanja Marin Fridjonsdottir, Susanne Schneider // Choreography, Direction: Rafaële Giovanola // in Vibration with Cristian Duarte and Bruno Levorin // Music: Jörg Ritzenhoff // Libretto: Jacinto Lucas Pires // Set, costume: Kristelle Paré // Light design: Dimitar Evtimov // Outside eye: Roberto Fratini Serafide // Workshop vocal art: Eurudike du Beul // Assistance: Arthur Schopa, Céline Fellay // Dramaturgy, Concept: Rainald Endraß // Management, PR: mechtild tellmann kulturmanagement  

//TheaterimBallsaal, Allemagne et Théâtre du Crochetan, Suisse // Supported by: Kunststiftung NRW, Ministerium für Familie, Kinder, Jugend, Kultur und Sport des Landes Nordrhein-Westfalen, Bundesstadt Bonn, Théâtre-ProVS, Le Conseil de la Culture Etat du Valais, La Loterie Romande, LOTE OSSO (São Paulo)




What about Orfeo _



Video trailer by Sandeep Metha


























photo Klaus Dilger 


Premiere: 26 March 2015, Théatre du Crochetan, Monthey (CH)
German premiere: 22 April 2015, Theater im Ballsaal, Bonn (D)


The audience sits in front of wide mirrors with their back to the stage. The rear wall is mirrored as well. Although the dancers are turning their back on the spectators, the audience can still watch them from the front and vice versa. Often the view is also fragmented, because the mirrors never reflect the entire space.
In addition, every spectator gets a small mirror. That allows them to focus their individual view on what’s happing behind their back. The spectators can also see themselves in the mirror, sometimes catching the view of other spectators or the dancers who are equipped with small hand mirrors as well. The dancers are exhibiting their bodies and artistic perfection for voyeuristic pleasure. At the same time, they are hiding behind their reflecting images. This constant change of perspectives questions our own perception and opens irritating gaps of reality. Is the visible the reality or the seen already in the past? How do performers and viewers locate each other?
Down through all the epochs, the myth of Orpheus and Eurydice has undergone numerous variations and adaptations. As a reminder: In antiquity, Orpheus was a singer who could mesmerise his surroundings through his music. Since he could not accept the death of his beloved Eurydice, he descended into the underworld with the help of his songs, because he wanted to bring her back to life. Eventually, he was allowed to take Eurydice with him, but he was ordered to walk ahead of her and under no circumstances might he turn around. However, Orpheus violated this ban announced by the gods, and he lost Eurydice forever. His grief flowed into his songs, and they made him immortal as an artist.
This probably most influential myth of the artist is employed by CocoonDance as a reflection on the nature of art. The space between life and death, between future and past that Orpheus has to conquer is nothing more than a place within art itself that every artist has to penetrate.
As before in ‘Pieces of Me’, this new project by CocoonDance under the direction of choreographer Rafaële Giovanola develops the dance space away from a narrative space to a ‘distance and think space‘, a space for common experience, for collective experience. // A collaborative work with Cristian Duarte in coproduction with Théâtre du Crochetan Monthey (CH), Theater im Ballsaal Bonn (D), LOTE São Paulo (BR)
// Supported by: Kunststiftung NRW, Ministerium für Familie, Kinder, Jugend, Kultur und Sport des Landes Nordrhein-Westfalen, Bundesstadt Bonn, Théâtre-ProVS, Le Conseil de la Culture Etat du Valais, La Loterie Romande, LOTE (São Paulo)

// By and with: Dennis Alamanos, Fa-Hsuan Chen, Álvaro Esteban, Werner Nigg, Tanja Marin Fridjonsdottir, Susanne Schneider 
// Choreography, Direction: Rafaële Giovanola // Music: Jörg Ritzenhoff // Libretto: Jacinto Lucas Pires 
// Set, costume: Kristelle Paré // Light design: Dimitar Evtimov // Outside eye: Roberto Fratini Serafide 
// Workshop vocal art: Eurudike du Beul // Assistance: Arthur Schopa, Céline Fellay // Dramaturgy, Concept: Rainald Endraß 
// Management, PR: mechtild tellmann kulturmanagement 

 

Rehearsal: What about Orfeo?

avec la Compagnie CocoonDance
rehearsal, work in progress

extrait "... In the beginning, only a reflective space of artistic encounter, a space, predetermined by the myth’ uniquely radical space between live, death and art, suitable for experience and experiment. In short, the myth of Orpheus deals with liminal experience. “…The movement of shift and turn – the forbidden (look-) touch is the centre: This torsion [rotation], like a dance figure, interrupts the motion between shadow and light, and in this trope of shift, of theft, the myth of Orpheus and Eurydice can be read as an allegory of choreography.“ (Gabriele Brandstetter) In this space, it is the indissoluble span between presence and absence that demonstrates the path of Orpheus and Eurydice as a space of movement of ‘turning’ and transformation. The step across the border at the irrevocable moment of ‘turning’ marks that quality which distinguishes dance: the fleetingness and transient in time and space." (Rainald Endraß)














photographie Christian Oeser

Le préambule des etourdis _ compagnie Hippolyte a mal au coeur

© Danica Bijeljac
























Librement adapté de la Petite Casserole d'Anatole
d'Isabelle Carrier Ed.Bilboquet-Valbert

A partir de 6 ans 

Ecriture et mise en scène Estelle Savasta
Avec Bastien Authié
 
Scènographie et costumes Alice Duchange 
Lumières Guillaume Parra 
Création son Paul Lévis 
Création vidéo Kristelle Paré 
Collaboration artistique magie Romain Lalire
Collaboration artistique Valérie Puech
Régie François Sallé, Yann Lebras 

Administration de Production Laure Félix

Production Cie Hippolyte a mal au coeur
Co production  Dieppe Scène Nationale, FACM – Festival théâtral du Val d’Oise, Groupe Geste(s), MA Scène Nationale pays de Montbéliard, MC2 Grenoble,
Avec l’aide d’Arcadi île-de-France / Dispositif d’accompagnements 
Avec le soutien du CREA /Festival Momix / Scène conventionnée Jeune Public d'Alsace, de la ville d'Eaubonne, de la ville de Nanterre, de la DRAC ile-de-France

Ecris moi un mouton _ de la compagnie Arnica _ Création du volet 3

Du 24 au 30 NOVEMBRE 2014
La Cartonnerie
Friche la Belle de Mai _ Marseille


Ecris moi un mouton _ de la compagnie Arnica _ Création du volet 3

ON EN CROIRAIT PAS SES YEUX (AU DEBUT)

Texte Sébastien Joanniez
Mise en scène Emilie Flacher

Comédiens marionnettistes  Agnès Oudot, Clément Arnaud
Musiciens live Thierry Küttel, Pierre Lassailly

Collaboration Scénographique  Kristelle Paré
Musique  Thierry Küttel
Marionnettes et machineries 
Emilie Flacher, Pierre Josserand, Florie Bel

Création Lumière Sébastien Lefèvre

Régie Générale  Pierre Josserand
Administratratrice de Production  Anaïs Legris
Diffusion / Communication Laure Blanchet


ocsy





« ON EN CROIRAIT PAS SES YEUX (AU DEBUT) »
Né en Algérie en 1994 au temps des attentats, Smaïl arrive en France à 18 ans et se retrouve par tirage au sort à la tête de sa municipalité en 2024. Mais les virages dans le temps bousculent aussi les petites vies, et dans ce slalom idéal, Smaïl a des vertiges...
Nous sommes en pleine salle des fêtes, l'orchestre est là, au milieu des guirlandes. L'histoire de Smaïl émerge sur la table du conseil municipal où sont convoqués personnages du passé, images du futur et situations cocasses mettant Smaïl face à lui-même.

Pièce écrite à partir de rencontres faites à Marseille, Alger, Oran, Constantine et St Priest.
Tout public à partir de 10 ans

Compagnie Arnica 
 photos Sébastien Lefevre 

La boîte à joujoux _ un ballet de Claude Debussy _ Ensemble Sigma




La Boîte à Joujoux (1913) 
Claude Debussy (1862 – 1918)
Ballet pour enfants en quatre tableaux sur un argument d'André Hellé
Transcription pour quintette à vent et piano de Nathalie Gullung
Mise en scène: Chine Curchod et Lorenzo Malaguerra
Scénographie: Kristelle Paré

ENSEMBLE SIGMA

A découvrir le 23 août à 15h30 à la Grange aux concerts, Cernier, les Jardins Musicaux
 


La boîte à joujoux _ un ballet de Claude Debussy de l'Ensemble Sigma






























L'Ensemble Sigma en répétition de la Boite à Joujoux au Théâtre du Crochetan,
sur la musique de ballet de Claude Debussy

mis en mouvement par Chine Curchod et Anna Zholnach
mis en scène de Lorenzo Malaguerra et Chine Curchod
univers scénographique Kristelle Paré
construction Jean-Philippe Lamarque
avec la collaboration de Laure Gilquin et de Sevil Gregory

ENSEMBLE SIGMA
Anne Parisot, flûte
Nathalie Gullung, hautbois
Séverine Payet, clarinette
Igor Ahss, basson
Stéphane Mooser, cor
Johan Treichel, piano

saison culturel 2014_ Centre psychothérapique de l'Ain

Topographies Utopiques

















+++ ici

livre "Bruissants" et l'exposition"Traces" au festival Résonance Contemporaine

"7bis Chemin de Traverse" : 9e édition
Du 4 au 13 avril 2014 à Bourg-en-Bresse
 

http://www.resonancecontemporaine.org/musique.php?rubrique_id=136&article_id=793&retour=oui











Vernissage de l'exposition "traces" et du livre "bruissants" de Kristelle Paré. Laure Gilquin et Kevin Keiss

Livre d'artistes commandé par le Centre psychothérapique de l'Ain

Exposition du 10 au 18 octobre à la Chapelle du Centre Psychothérapique de l'Ain, Bourg-en-Bresse
Traces  _interstices rhone-alpes 
















Le livre « Bruissants » et l'exposition « Traces ... » ont reçu le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication-DRAC Rhône-Alpes, de l'Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes et de la Région Rhône-Alpes, dans la cadre du programme régional Culture et Santé ; du Conseil Général de l'Ain et de la Ville de Bourg-en-Bresse.

Lou / cie de l'Ovale . en création

 
 Cabaret Théâtral autour de Lou Andreas-Salomé,
femme de lettres allemande d'origine russe. Romancière, essayiste, nouvelliste, psychanalyste, cette figure même de l'égérie a déchaîné de nombreuses passions amoureuses dont celle de Nietzsche, Freud ou Rilke.

Textes et musiques Pascal Rinaldi   
Mise en scène Lorenzo Malaguerra   
Avec Romaine, Rita Gay, Pascal Rinaldi, Thierry Romanens, Denis Alber   
Scénographie et costumes Kristelle Paré  
Lumières Romain Cottier 
Conception sonore Bernard Amaudruz
Réalisation décor Joseph Maret
Réalisation costume Justine Chappex
Stagiaire scéno Sevil Gregory

Au Théâtre du Crochetan 

+++ photos / suite ici ....  

Les Serments Indiscrets saison 13-14


DU 4 AU 15 JUIN AU TGP, Centre dramatique national de Saint-Denis
tournée 13-14 dès octobre












  

photo de répétition Anne Nordmann

de MARIVAUX
mise en scène CHRISTOPHE RAUCK
 
AVEC CÉCILE GARCIA FOGEL, SABRINA KOUROUGHLI, HÉLÈNE SCHWALLER, MARC CHOUPPART, PIERRE-FRANÇOIS GAREL, MARC SUSINI, ALAIN TRÉTOUT

DRAMATURGIE - LESLIE SIX / SCÉNOGRAPHIE - AURÉLIE THOMAS / LUMIÈRE - OLIVIER OUDIOU / COSTUMES - CORALIE SANVOISIN
/ SON - DAVID GEFFARD / VIDEO - KRISTELLE PARÉ

LES SERMENTS INDISCRETS ont remporté le Grand Prix de la critique 2012/2013


Production - TGP-CDN de Saint-Denis
Coproduction - La Filature, scène nationale de Mulhouse

Oblomov / Gontcharov / Volodia Serre

d’Ivan Alexandrovitch Gontcharov
Traduction André Markowicz



















Du 7 mai AU 9 juin 2013
Théâtre du Vieux Colombier

Adaptation et Mise en scène Volodia SERRE
Collaboratrice artistique
Pamela RAVASSARD
I Scénographie Marc LAINÉ
I Vidéo Thomas RATHIER
Collaboratrice à la vidéo Kristelle PARE
I Costumes Hanna SJÖDIN
Assistante costumes Camille LAMY
I Lumières Kévin BRIARD
I Réalisation sonore Frédéric MINIÈRE
I Maquillages Faustine-Léa VIOLLEAU
I Réalisation des décors par les ateliers Jipanco 
I Réalisation des costumes par Camille Lamy et Anu GouldI 


Avec
Yves GASC
Céline SAMIE
Guillaume GALLIENNE
Nicolas LORMEAU
Marie-Sophie FERDANE
Sébastien POUDEROUX
Avec la voix de Daniil Gorbylev



Quand j'étais Charles / Fabrice Melquiot





















création 2013 Le Préau, CDR de Basse-Normandie – Vire dans le Bocage normand (PNR)  
texte et mise en scène de Fabrice Melquiot 
avec Vincent Garanger 
sculpture et masque Kristelle Paré et Judith Dubois | musique et arrangements Simon Aeschimann | régie son Jean-François Renet | régie lumières Mickaël Pruneau | construction décor Les ateliers du Préau Ludovic Rousée | direction technique Bruno Monnez | visuel Jeanne Roualet

au Préau du 29 janvier au 1 février 2013
en tournée PNR (Pôle National de Ressources du spectacle vivant en milieu rural) du 8 janvier au 19 février 2013

" Homme seul dans karaoké de province, vante son penchant pour les chansons d’Aznavour.
Homme seul dans histoire d’amour qu’on dirait fichue, homme explicitement cocu, s’en moque.
Mari amoureux d’une Maryse, qui s’en détourne.
Homme n’ayant pas peur de la boue ni de la foule, homme spécialisé dans la vente de machines agricoles et la ténacité.
Charles, forcené du cœur, qui le brandit comme une promesse, une prophétie, un trophée.


Je ne sais écrire que des gens amoureux, des gens ivres de paroles et de promesses, qui ne reculent pas devant une phrase dangereuse à prononcer, des gens qui se battent volontiers contre eux-mêmes, des gens qui déclarent volontiers leur flamme, des gens qui n’existent que dans un pays auquel je rêve méthodiquement, des gens que je croise dans la rue, avec qui je partage un regard ou une conversation, des gens qui ont envie ou besoin des autres, des gens qui espèrent et des gens qui rient, surtout quand il n’y a pas de quoi rire.

Quand j’étais Charles
est un monologue traversé par des voix – celle de la femme adultère, du fils abruti, des amis, celle du marabout africain dont on ne sait pas s’il sauvera qui veut être sauvé. La parole en feu d’un homme qui aime promettre qu’il aimera jusqu’au-delà des promesses, au-delà des mots. Un chevalier sans costume, dans cette France rurale où les paillettes du samedi soir brillent aussi. C’est une forme d’hommage aux chansons d’Aznavour, qui crient que l’oubli n’est pas donné à tout le monde et que les blessures produisent aussi de la lumière. "

Fabrice Melquiot, auteur et metteur en scène

Lucrèce Borgia / Victor Hugo / Cie 3 Sentiers




Création de la Compagnie Les 3 sentiers.
Mise en scène Lucie Berelowitsch. Musique Sylvain Jacques. Lumières Sébastien Michaud. Scénographie Kristelle Paré. Costume Caroline Tavernier. Conseil chorégraphique Nasser Martin Gousset. Régie générale François Fauvel. Compositeur et répétiteur choeur des moines Vincent Leterme. Administration de production Fanny Descazeaux. Avec Guillaume Bachelé, Pierre Devérines, Antoine Ferron, Jonathan Genet, Julien Gosselin, Marina Hands, Sylvain Jacques, Thibault Lacroix, Rodolphe Poulain, Nino Rocher, Elie Triffault. Visuel François Fauvel

Création au Trident / Théâtre à l'Italienne Cherbourg-Octeville | Du 10 au 16 janvier 2013

Tournée 2013
Théâtre Jean Vilar . Suresnes | Les 8 et 9 février 2013 
Théâtre des 13 vents . Montpellier | Du 12 au 16 février 2013
Théâtre l’Archipel . Perpignan | Les 8 et 9 mai 2013
Théâtre du Nord . Lille | Du 15 au 22 mai 2013



Rue 89 Les Blogs / par J.-P. Thibaudat

« Lucrèce Borgia » revient en force, une troupe emmenée par Lucie Berelowitsch et Marina Hands


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

suite... 

 

Fairy tale heart _ cie atelier intemporain _ spectacle jeune public


de Philip Ridley 
Cie Atelier intemporain .  

Mise en scène Natacha Bianchi
Avec Laure Maloisel et Nicola Candoni
Scénographie et costume Kristelle Paré
Lumière Gérald Karlikow
Construction décor Laure Gilquin, Christophe Coupeaux, Maelle Joly
Régie Vincent Tudoce

LES SERMENTS INDISCRETS / MARIVAUX / CHRISTOPHE RAUCK /





















Myoung Ho Lee, Courtesy Youssi Milo
 
Présenté au Théâtre Gérard Philipe du 15 Oct 2012 > 2 Déc 2012

MISE EN SCENE CHRISTOPHE RAUCK
AVEC CÉCILE GARCIA FOGEL, SABRINA KOUROUGHLI, HÉLÈNE SCHWALLER, MARC CHOUPPART, PIERRE-FRANÇOIS GAREL, MARC SUSINI, ALAIN TRÉTOUT

DRAMATURGIE - LESLIE SIX / SCÉNOGRAPHIE - AURÉLIE THOMAS / LUMIÈRE - OLIVIER OUDIOU / COSTUMES - CORALIE SANVOISIN / SON - DAVID GEFFARD
/ VIDEO - KRISTELLE PARÉ

Production - TGP – CDN de Saint-Denis
Coproduction - La Filature, scène nationale de Mulhouse

"Les Serments indiscrets est l’une des comédies que Marivaux aimait particulièrement, peut-être parce qu’elle révèle plus que les autres une langue dense, ciselée, taillée avec une extrême précision, comme un diamant noir.
Elle a servi de canevas à Musset pour son On ne badine pas avec l’amour.
Il ne reste au metteur en scène qu’à « se glisser entre les lignes pour arriver à faire entendre le rythme cardiaque des amoureux. Pour cela, les acteurs doivent dessiner les contours de cette histoire turbulente sur les pages délicates d’un livre de chevet. Comme dans une très belle miniature persane, c’est par le détail du trait et la délicatesse de la composition qu’apparaît la violence d’une chasse ou d’une bataille."
Christophe Rauck 


"L’histoire est magistralement servie par une mise en scène tonique,  des acteurs épatants (la palme à Cécile Garcia Fogel), une scénographie inventive, une création sonore qui permet à Brassens de venir se glisser dans la soirée, sans oublier un recours à la vidéo finement maîtrisé[...]." Jack Dion, Rideau le blog théâtre de Jack Dion, Marianne.

Ecris moi un mouton _ Maison du Théâtre + Cie Arnica
























Projet en triptyque.. en trilogie _ [2012-2014]

Emilie Flacher et Sebastien Joanniez récoltent des paroles en sillonnant l'Ain pour les mettre en spectacle. Autour des traces laissées par la guerre d'Algérie aujourd’hui, des migrations et de ses liens.
A partir de rencontres faites avec des habitants de l’Ain et d’ailleurs, deux formes courtes seront créées puis ensuite une forme longue.

1er volet / On dirait rien longtemps [ puis tout à coup tout ]
2e volet / On vivrait tous ensemble  [mais séparément ]

La Compagnie  Arnica

La Maison du Théâtre, Franceline Borel, interviewée dans l’émission « Carnet de campagne » de France Inter.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Dans le cadre de la semaine de résidence à Nantua ... suite

 

Bazar . Création jeune public . répétition









Création de la compagnie le Gourbi Bleu en résidence à la Filature de Mulhouse /
"Bazar"
Avec Lucie Chabaudie et Patrice Verdeil
Mise en scène Sandrine Pirès

Scénographie Kristelle Pare

Création sonore Grégoire Harrer

Création lumière Laure Zurcher
Création costume Carole Birling